C’est l’échelle recommandée pour évaluer la douleur de l’enfant de moins de 7 ans aux urgences.
  • Âge d’utilisation : de la naissance à 7 ans.
  • Lieu d’utilisation : service d’urgences.
  • Type de douleur évalué : tout type de douleur (aiguë ou prolongée).
  • But : évaluer la douleur à l’arrivée, en dehors de tout soin, afin de déterminer si l’enfant a besoin d’emblée d’un antalgique.
  • Score : de 0 à 15.
  • Nombre d’items : 5 items comportementaux simples.
    • Expression vocale ou verbale
      pleure et/ou crie et/ou gémit et/ou dit qu’il a mal
    • Mimique
      a le front plissé, et/ou les sourcils froncés et/ou la bouche crispée
    • Mouvements,
      s’agite et/ou se raidit et/ou se crispe
    • Positions,
      a une attitude inhabituelle et/ou antalgique, et/ou se protège et/ou reste immobile
    • Relation avec l’environnement
      peut être consolé et/ou s’intéresse aux jeux et/ou communique avec l’entourage
  • Cotation : pour chaque item, 4 cotations possibles, tenant compte à la fois de l’intensité et de la permanence du signe pendant le temps d’observation.
  • 0 = signe absent
  • 1 = signe faible ou passager
  • 2 = signe moyen ou environ la moitié du temps
  • 3 = signe fort ou quasi permanent
  • Deux temps d’observation nécessaires :
    • à l’arrivée de l’enfant, à « distance », en dehors de tout soin ou approche anxiogène, par exemple en salle d’attente ;
    • lors de l’examen ou de la mobilisation de la zone présumée douloureuse.
  • Seuil de prescription : 4/15.
  • Spécificité : mesure de la douleur aux urgences. Le choix des items permet d’observer une augmentation du score avec l’intensité de la douleur qu’il s’agisse de douleur aiguë (pleurs, mimique, agitation, raideur, geste de protection, inconsolabilité) ou de douleur prolongée avec atonie psychomotrice (raideurs, immobilité, refus de s’intéresser à l’entourage).
  • Avantages : c’est une échelle comportementale simple et rapide d’emploi, valable à tout âge jusqu’à l’âge de l’auto-évaluation, et pour tout type de douleur.
  • Inconvénients : il est nécessaire d’évaluer à 2 temps pour décider de l’antalgique (sauf si l’enfant a une douleur majeure dès le premier temps d’observation).
  • Validation : excellents critères de validité lors de l’étude dans 4 centres d’urgences pédiatriques. Excellente corrélation entre les différents cotateurs.
  • Apprentissage :
    Un DVD interactif est disponible auprès de l’association SPARADRAP.
  • Références :
    Archives de Pédiatrie 2006 ; 16 (922) : 129-30
    Archives de Pédiatrie 2012 ; 19 (922) : 42-44
    Journées Paris Pédiatrie 2009 : 265-76
    Pain 2012 ; 153 : 1573-82

 

Noter ce que
l’on observe…
même si l’on pense que les symptômes ne sont
pas dus à la douleur, mais à la peur, à l’inconfort,
à la fatigue ou à la gravité de la maladie.

Pour zoomer, cliquer sur l’échelle

1 Observer
l’enfant avant tout soin ou examen, dans les meilleures conditions possibles de
confort et de confiance, par exemple à distance, avec ses parents, quand il joue…
2 Il s’agit de l’examen clinique ou de la mobilisation ou palpation de la zone
douloureuse
par l’infirmière ou le médecin.
3 Réévaluer régulièrement en particulier après antalgique, au moment du
pic d’action : après 30 à 45 minutes si oral ou rectal, 5 à 10 minutes
si IV. Préciser la situation, au repos (R) ou à la mobilisation (M).

Échelle en version anglaise
:

TÉLÉCHARGER L’ÉCHELLE
:
Format « poche » 10*15 cm recto verso
Diffusion par Sparadrap
Échelle en version espagnole
:
Échelle en version hollandaise
:
Détails supplémentaires
sur l’élaboration
et la validation de l’échelle

Contact : [email protected].