L’âge et la situation clinique guident le choix de l’échelle d’hétéro-évaluation.

Il existe actuellement de nombreux outils validés pour évaluer la douleur, même si certaines tranches d’âge ou situations sont encore mal prises en compte dans les échelles existantes. Ces outils sont perfectibles et les travaux se poursuivent.

 

L’échelle recommandée en priorité au niveau international est l’échelle FLACC, pour la douleur aiguë, en particulier postopératoire, et pour la douleur des soins. Mais la douleur prolongée avec prostration est mal enregistrée pour cette échelle. D’où l’intérêt soit de choisir une échelle spécifique de l’atonie psychomotrice (DEGR ou HEDEN), soit d’utiliser l’échelle EVENDOL, qui enregistre aussi bien douleur aiguë que douleur prolongée, à tout âge (validée aux urgences, travaux de validation en cours dans d’autre contextes). Si vous travaillez exclusivement en néonatologie, choisissez une échelle spécifique du nouveau-né. Si vous travaillez exclusivement avec des enfants polyhandicapés, choisissez une des quatre échelles validées dans ce contexte. Si vous travaillez en réanimation pédiatrique, choisissez l’échelle COMFORT. (Cf. Tableau des échelles recommandées.)

 

De nombreuses échelles ont été élaborées au sein d’un service : malgré la bonne volonté de ces équipes, ces échelles ne sont pas validées, elles ne sont donc pas recommandées. Il est également déconseillé de modifier une échelle publiée validée, en croyant l’améliorer : elle perd ainsi ses qualités scientifiques.

 

Valider une échelle est un travail difficile (cf. L’échelle employée est-elle validée ?), qui comporte des analyses statistiques complexes. Les efforts des « référents douleur », des CLUD, des équipes douleur, et des directions des soins infirmiers, doivent porter sur la diffusion des outils publiés déjà validés, plutôt que sur la création de nouveaux outils.