La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Implications et séquelles de la mémorisation d’événements douloureux chez l’enfant

Synthèse de 2015

MÀJ : 2 septembre 2015
La mémorisation d’événements douloureux joue un rôle essentiel dans l’anticipation de l’expérience suivante et peut entraîner des conséquences à long terme. L’enfant, dont les facultés cognitives se développent progressivement, et dont les émotions sont très envahissantes, est particulièrement concerné par ce retentissement, dont il ne peut se défendre au cours des premières années.
La neuropsychologie et la neurophysiologie ont récemment permis de faire progresser les connaissances sur la faculté humaine de mémorisation, notamment grâce à l’imagerie fonctionnelle.
Mémoire = encodage, stockage et restitution
La mémoire est la faculté d’enregistrer, de conserver puis de restituer des informations acquises antérieurement.
  • Mémoire implicite : inconsciente, elle comprend la mémoire procédurale (séquences de comportements appris) et émotionnelle : un souvenir très enfoui peut être rappelé par une expérience identique et module alors, consciemment ou inconsciemment, les expériences suivantes. Ce type de mémoire est actif à tout âge, et est exclusif chez le tout-petit. Cette mémoire a été mise en évidence pour la douleur déjà chez le nouveau-né (cf. infra).
  • Mémoire explicite : consciente, elle comprend la mémoire épisodique (événements) et sémantique (connaissances) qui forment la mémoire autobiographique. Elle devient active à partir de 3-5 ans. L’enfant peut ensuite se souvenir et raconter la douleur passée (siège, intensité, durée, contexte).

Repères dans l’ontogenèse de la mémorisation
  • 0-1 an : le bébé a une conscience très éphémère liée à la perception immédiate mais la mémoire procédurale est rapidement active. La mémoire sémantique commence à stocker objets, personnes, lieux et concepts, essentiellement fondés sur les perceptions sensorielles, vers l’âge de 8 mois. La pensée naît progressivement, probablement dans le contexte du manque et du souvenir de ce qui comble.
  •  18 mois : stade du miroir, l’enfant peut se reconnaître. Mais jusqu’à 2 ans, il ne peut se remémorer son passé ni se représenter des épisodes vécus.
  • 3-5 ans : la mémoire autobiographique devient active.

La plupart des études sur la mémorisation des événements douloureux chez l’enfant décrivent le souvenir de la douleur d’un geste de soin et les conséquences en termes de modification de la douleur suivante. La mémorisation — implicite et explicite — influence en effet l’anticipation et par conséquent la perception de l’expérience douloureuse suivante, et entraîne ainsi des conséquences à long terme [1-3].
Sur le plan anatomique (du cortex somesthésique aux connexions multiples de la matrice de la douleur) comme sur celui des neuromédiateurs, les systèmes de perception de la douleur s’installent durant les 2 premiers trimestres de la grossesse ; le bébé prématuré est donc "équipé" pour percevoir la douleur [4] ; en revanche les systèmes inhibiteurs ne se développent que lentement du point de vue neurophysiologique (pendant la 1re année pour les voies descendantes inhibitrices fonctionnant avec la sérotonine) et psychologique (analyse cognitive des situations). À tout niveau (périphérique, médullaire, centres supérieurs), une sensibilisation est possible. Chez l’enfant existe une certaine neuroplasticité permettant des changements structurels, anatomiques et neurochimiques qui vont constituer une trace de l’événement et vont ensuite moduler la perception de l’événement douloureux suivant, dans le sens d’une facilitation.
De surcroît, les émotions entérinent la mémorisation d’un événement, avec un encodage majoré. Ainsi une forte émotion négative éprouvée lors d’un événement douloureux (détresse, peur, angoisse, sentiment d’être abandonné sans défense, peur de la mort, etc.) renforce le stockage tout en le brouillant, avec au maximum la possibilité de développer un véritable syndrome post-traumatique [5].


Mémoire implicite chez le nouveau-né et le nourrisson : effets observables sur l’événement douloureux suivant
Malgré l’absence de mémoire épisodique, après une douleur importante, les expériences douloureuses ultérieures sont modifiées — amplifiées — chez le nourrisson.
Le comportement du nouveau-né change par exemple lors d’un 2e prélèvement sanguin : il est agité avant le soin, dès les gestes préalables à la piqûre. Gunnar et al. ont montré que les hormones du stress sécrétées alors augmentaient du 1er au 2e prélèvement [6].
Dans une étude de Taddio, au test de Guthrie (3 jours de vie), les pleurs et les grimaces étaient beaucoup plus présents et prolongés chez des nouveau-nés de mère diabétique (qui subissent de nombreux prélèvements dès la naissance) que chez des nouveau-nés sains n’ayant jamais subi de ponction ; ils semblaient davantage souffrir et commençaient à pleurer dès le nettoyage de la peau : le bébé garde donc une trace, "connaît" et reconnaît ce qui va lui arriver, il s’est comme "sensibilisé" [7] .
Dans l’étude de Goubet et al., la fréquence cardiaque de jeunes prématurés (de 28 à 32 SA) a davantage augmenté au début d’une 5e ponction au talon qu’à la 1re [8].
Il en est de même pour la vaccination :

  • l’étude de Taylor a montré que la durée du cri lors d’un vaccin à l’âge de 8 semaines de nouveau-nés ayant eu une naissance difficile, traumatique, douloureuse était plus longue que dans le groupe à naissance normale, avec toujours une élévation des hormones de stress [9] ;
  • la réaction lors d’un vaccin à l’âge de 3 mois est plus importante chez les garçons ayant subi une circoncision sans analgésie à la période néonatale que chez ceux non circoncis ou ceux circoncis avec crème anesthésiante [10, 11]. L’effet de la mémorisation s’étend donc sur une durée minimale de 3 mois. Ces constatations dérangeantes, confirmées par une deuxième étude prospective, ont fait grand bruit dans la communauté pédiatrique.

Mais l’impact d’une douleur passée sur la suivante correspond-il à de la mémorisation, du conditionnement, une modification de la douleur suivante à cause de l’anxiété générée par la première expérience, une sensibilisation transitoire ou prolongée ? Des études montrent qu’il existe une sensibilisation avec une hyperalgésie chez le nouveau-né. Ainsi le seuil de retrait diminue chez les prématurés ayant subi un certain nombre de gestes douloureux dans cette région (ils retirent le membre plus rapidement) [12]. Le développement d’une sensibilisation avec hyperinnervation locale après une lésion a été montré chez le nouveau-né animal [13, 14].

Une empreinte dans la mémoire existe donc chez le nouveau-né avec des conséquences à court et moyen termes lors des soins douloureux ultérieurs :
  • au niveau biologique : une réponse au stress accentuée ;
  • au niveau comportemental : une réaction d’anticipation (pleurs avant le prélèvement), une majoration de l’intensité de la détresse exprimée (durée du cri et grimace) et un abaissement du seuil de retrait.

Mémoire explicite : évocation du souvenir de la douleur chez l’enfant
Plusieurs études montrent qu’un enfant peut se souvenir d’un événement douloureux. Une bonne fiabilité de ce souvenir a été montrée :

  • à J7 pour la douleur éprouvée le jour d’une intervention chirurgicale et le lendemain chez des enfants de 5 à 16 ans [15] ;
  • à 1 an pour la douleur rapportée lors du cold-pressor task chez des enfants de 5 à 12 ans [16].

L’évocation à 6 semaines et à 3 mois de soins dentaires met en évidence chez 34 enfants de 7 à 16 ans une bonne mémorisation de la douleur mais avec une prévision non réaliste du geste suivant [17]. La phobie des soins dentaires est la phobie de soins la plus répandue [18] !
Mais l’enfant se souvient-il vraiment de la douleur ou simplement de l’évaluation qu’il en avait faite ? Une étude sur le prélèvement sanguin chez 138 enfants de 5 à 17 ans a distingué "l’émotion douleur" de la "sensation douleur", montrant que la mémoire de la composante affective est meilleure que celle de la composante sensorielle [19].
La cystographie — examen d’imagerie des plus désagréables pour les enfants en raison de la douleur du sondage et de l’atteinte à l’intimité qu’il constitue, et geste des plus redoutés par les praticiens — a pu être restituée au mieux et décrite le plus précisément 6 semaines à 6 mois après par des enfants de 2 à 7 ans s’ils avaient été correctement informés, étaient calmes et avaient participé à son bon déroulement, mais pas en cas de détresse ou de peur notables pendant le soin [20, 21]. On imagine facilement l’amalgame que fait l’enfant entre le pic douloureux et tout l’examen, et la perturbation de l’encodage de ce qui s’est réellement passé si la douleur était forte et les émotions majeures dans le contexte d’un geste violant l’intimité et s’accompagnant de contention.
Chez l’adulte, l’intensité d’une douleur aiguë est mieux mémorisée que celle d’une douleur chronique [22], avec deux moments retenus en particulier : le pic de douleur et la douleur en fin d’examen [23]. Enfin, la douleur aiguë diminue la mémorisation des aspects positifs ou neutres du déroulement du geste [24] (exemple de l’amygdalectomie encore pratiquée sans anesthésie ni analgésie il y a quelques années, véritable traumatisme à vie, comme le relatent de nombreux témoignages [25]).

Ces études montrent que l’enfant même jeune peut se remémorer et décrire une expérience douloureuse et doivent nous inciter à organiser la prise en charge de cette douleur en la prévenant.

Séquelles des douleurs à long terme
Conséquences de la multiplicité des gestes douloureux chez les nouveau-nés

Elles sont complexes à identifier à long terme en raison du cumul d’environnements néfastes (réanimation néonatale, séparation d’avec les parents). Un bébé en réanimation néonatale peut subir plusieurs centaines de gestes douloureux [26]. Les résultats des études de la perception de la douleur ultérieurement chez ces ex-prématurés ne sont pas tous concordants.
Une étude de Anand et al. sur l’effet de stimulations douloureuses itératives imprévisibles chez le raton a montré une diminution du seuil de douleur chez le rat adulte et une modification comportementale sous forme d’anxiété et de manifestations de "retrait défensif" [13].
La somatisation à l’âge de 3-4 ans est plus fréquente chez les anciens grands prématurés que chez les enfants de même âge nés à terme [27]. Par ailleurs, la réaction de ces enfants à des images de situations douloureuses médicales est plus négative que celle du groupe contrôle [28]. Il semble que les douleurs répétées peuvent entraîner une sensibilisation ultérieure et des conséquences à long terme sur le développement cognitif et comportemental, ainsi que des changements structurels du système nerveux. Toutefois ces éléments sont difficiles à mettre en évidence [29-34]. Le seuil de douleur chez des adolescents ex-prématurés ayant subi de nombreux gestes de soin sans analgésie à la période néonatale a tendance à être diminué en situation expérimentale, avec cependant des différences selon la stimulation (thermique ou mécanique) [34-38].


Conséquences négatives de la douleur sur le caractère et le comportement de l’enfant
L’appréhension de l’hospitalisation et des soins est plus redoutée si un enfant de la fratrie a déjà été hospitalisé [39]. Une préparation diminue les troubles du comportement [40]. Suite à une intervention chirurgicale en ambulatoire, le comportement est davantage perturbé (troubles du sommeil, attachement "excessif" à la mère) dans les jours et semaines suivants si la douleur a été présente à la maison et si l’enfant a déjà une mauvaise expérience de soins [41].

Conséquences de la douleur chronique sur le seuil de perception de la douleur
Chez l’enfant drépanocytaire ou atteint d’arthrite chronique juvénile, le seuil de douleur, étudié en condition expérimentale par un stimulus codifié de pression, est abaissé ; il y a donc sensibilisation du système nerveux à la douleur, et ceci à distance des foyers douloureux et en période intercritique, ce qui témoigne d’une sensibilisation centrale, supraspinale [42-44].

Conséquences de la douleur d’un soin sur la douleur éprouvée lors des soins ultérieurs
Le rôle de l’anticipation anxieuse est objectivé lors de la revaccination : les enfants qui ont le plus peur avant sont ceux qui montrent le plus de détresse pendant [39] et les plus âgés (2 ans) sont anxieux lors d’une revaccination [45].
Après une paracentèse, les nourrissons expriment fréquemment une anxiété majeure à la vue de l’environnement médical ; ils se "rappellent" qu’il faut être hypervigilant en voyant des blouses blanches après une ou deux expériences douloureuses à l’hôpital (mémoire implicite) [3].
L’anxiété majore la douleur attendue et diminue l’efficacité de la crème anesthésiante pour un prélèvement sanguin [19]. Pour un électromyogramme, le niveau de détresse est corrélé aux expériences douloureuses passées [46]. L’effet de la douleur d’un soin dentaire est durable sur les soins ultérieurs. L’intensité de peur exprimée lors de la dernière séance prédit celle de la séance suivante, même 2 ans plus tard [47].
En oncologie pédiatrique, lors de PL répétées, le souvenir de la détresse est amplifié par rapport aux témoignages initiaux [48, 49] et associé à une plus grande détresse lors de la PL suivante. Dans l’étude de Weisman, l’absence de prémédication lors d’une première PL ou myélogramme a majoré la douleur des gestes suivants même s’ils étaient systématiquement prémédiqués [50]. L’expérience d’un geste douloureux sans antalgie accentue par conséquent la douleur des gestes suivants. Le souvenir d’une douleur expérimentale (cold-pressor test chez une centaine d’enfants) est surestimé 2 semaines après si elle a été précédée de la vision d’une vidéo un peu anxiogène [51] ; plus l’enfant se rappelle une douleur forte (supérieure à celle réellement éprouvée), plus il anticipe une douleur forte ensuite, et plus la douleur ultérieure est forte [52].
Il devient alors très difficile de sortir de cet engrenage.

La douleur infligée mal soulagée provoque une majoration de la douleur éprouvée lors de gestes ultérieurs, ainsi qu’une peur des soins, voire une phobie, une perte de confiance en l’adulte, des troubles du comportement et une anxiété. Une douleur infligée subie n’est jamais bénéfique. Un "raté" se répercutera sur les gestes ultérieurs.

Prévention de la douleur = non-apparition de la sensibilisation à la douleur
La prévention de la douleur par utilisation de méthodes de relaxation ± MEOPA lors de soins dentaires entraîne une meilleure coopération lors des soins ultérieurs, une diminution de la peur et de la douleur [47] . La mise en place de mesures adaptées (distraction, crème anesthésiante) lors de vaccinations réduit l’anticipation anxieuse [53].
La mimique douloureuse, le taux de cortisol salivaire (indicateur de stress) et la fréquence cardiaque étaient comparables à ceux des témoins chez des enfants ayant bénéficié d’une analgésie postopératoire morphinique adaptée lors d’une une chirurgie néonatale majeure, lors de la vaccination à 15 et 45 mois après l’intervention [54].
Ces études montrent qu’une bonne prise en charge de la douleur empêche l’apparition d’une sensibilisation, donc de conséquences à long terme sur la perception de la douleur. Cette anticipation et cette prévention doivent se produire dès le premier soin douloureux, dès la première douleur.


Facteurs influençant la mémorisation d’événements douloureux

  • Majoration : certains comportements des adultes favorisant la détresse, entraînant un cercle vicieux (plus de détresse, moins de coping, plus de douleur, plus d’anxiété, avec une inexactitude de la mémorisation des faits [55]).
  • Minoration : exemple de la mise en place d’un service d’accueil rassurant (comfort zone) aux urgences pédiatriques avec administration adéquate d’antalgiques ayant permis de réduire le niveau de mémorisation des scores de douleur d’arrivée rappelés en mémoire à la sortie (5,02 vs 4,01 ; p < 0,001) [56].

Conclusion
Dans la plupart des cas, les enfants peuvent subir des gestes mineurs avec seulement un anesthésique local et des paroles encourageantes, mais ceux qui ont eu des expériences antérieures très négatives — en particulier au stade de prématurité — ont besoin de sédation-analgésie plus puissante et d’une prise en charge psychologique spécifique [3, 57]. Une discussion après le geste est également bénéfique, en insistant sur les aspects positifs.
La peur d’un mal attendu est pire que le mal lui-même, et la peur est bien mémorisée. En pratique, lorsqu’on soigne les enfants, il faut se rappeler de ce qu’ils peuvent se rappeler ! Un geste peut sembler mineur à un adulte, mais un enfant peut s’en souvenir comme de quelque chose de terrifiant. S’investir dans une préparation correcte et dans la prise en charge de la douleur aujourd’hui va vraisemblablement porter des fruits demain pour l’enfant qui aura une peur diminuée, et par voie de conséquence pour les soignants qui pourront le soigner dans la confiance !

En pratique
Le fait que la mémorisation de la douleur entraîne chez l’enfant des phénomènes délétères prolongés nous oblige à une prévention et un traitement systématiques. Que l’enfant aie ou non déjà traversé des expériences de douleur, il est conseillé d’évaluer ces souvenirs, en le questionnant ainsi que ses parents, afin qu’il puisse bénéficier d’une intervention efficace sur la douleur et la peur s’il a connu des expériences particulièrement négatives. Discuter du geste après, en soulignant les aspects positifs, peut aider à recadrer la mémoire, diminuer la peur et la douleur anticipée lors de gestes douloureux futurs.

Références
[1] Laurent B. Mémoire de la douleur. Douleur Analg 2011 ; 24(Supp 1) : S2-S13.
[2] Pickering G, Laurent B. Mémoire de la douleur. Douleur Analg 2013 ; 26 : 38-44.
[3] Von Baeyer CL, Marche TA, Rocha ER et al. Mémoire et douleur chez l’enfant. Douleurs 2004 ; 5 : 133-42.
[4] Fitzgerald M. The development of nociceptive circuits. Nat Rev Neurosci 2005 ; 6 : 507-20.
[5] Brown DA, Salmon K, Pipe ME et al. Children’s recall of medical experiences : the impact of stress. Child Abuse Negl 1999 ; 23 : 209-16.
[6] Gunnar MR, Hertsgaard L, Larson M, Rigatuso J. Cortisol and behavioral responses to repeated stressors in the human newborn. Dev Psychobiology 1991 ; 24 : 487-505.
[7] Taddio A, Shah V, Gilbert-MacLeod C, Katz J. Conditioning and hyperalgesia in newborns exposed to repeated heel lances. JAMA 2002 ; 288 : 857-61.
[8] Goubet N, Clifton RK, Shah B. Learning about pain in preterm newborns. J Dev Behav Pediatr 2001 ; 22 : 418-24.
[9] Taylor A, Fisk NM, Glover V. Mode of delivery and subsequent stress response. Lancet 2000 ; 355 : 120.
[10] Taddio A, Goldbach M, Ipp M et al. Effect of neonatal circumcision on pain responses during vaccination in boys. Lancet 1995 ; 345 : 291-2.
[11] Taddio A, Katz J, Ilersich AL, Koren G. Effect of neonatal circumcision on pain response during subsequent routine vaccination. Lancet 1997 ; 349 : 599-603.
[12] Fitzgerald M, Millard C, McIntosh N. Cutaneous hypersensitivity following peripheral tissue damage in newborn infants and its reversal with topical anaesthesia. Pain 1989 ; 39 : 31-6.
[13] Anand KJ, Coskun V, Thrivikraman KV et al. Long-term behavioral effects of repetitive pain in neonatal rat pups. Physiol Behav 1999 ; 66 : 627-37.
[14] De Lima J, Alvares D, Hatch DJ, Fitzgerald M. Sensory hyperinnervation after neonatal skin wounding : effect of bupivacaine sciatic nerve block. Br J Anaesth 1999 ; 83 : 662-4.
[15] Zonneveld LN, McGrath PJ, Reid GJ, Sorbi MJ. Accuracy of children’s pain memories. Pain 1997 ; 71 : 297-302.
[16] Badali MA, Pillai RR, Craig KD et al. Accuracy of children’s and parents’ memory for a novel pain-ful experience. Pain Res Manage 2000 ; 4 : 161-8.
[17] Huq AH, Lindsay SJ, Roberts JF. Children’s expectations and recollections of discomfort associated with dental treatment. Int J Paediatr Dent 1992 ; 2 : 11-6.
[18] Nicolas E, Bessadet M, Collado V et al. Factors affecting dental fear in French children aged 5-12 years. Int J Paediatr Dent 2010 ; 20 : 366-73.
[19] Lander J, Hodgins M, Fowler-Kerry S. Children’s pain predictions and memories. Behav Res Ther 1992 ; 30 : 117-24.
[20] Salmon K, Price M, Pereira JK. Factors associated with young children’s long-term recall of an invasive medical procedure : a preliminary investigation. J Dev Behav Pediatr 2002 ; 23 : 347-52.
[21] Merritt KA, Ornstein PA, Spicker B. Children’s memory for a salient medical procedure : implications for testimony. Pediatrics 1994 ; 94 : 17-23.
[22] Erskine A, Morley S, Pearce S. Memory for pain : a review. Pain 1990 ; 41 : 255-65.
[23] Redelmeier DA, Kahneman D. Patients’ memories of painful medical treatments : real-time and retrospective evaluations of two minimally invasive procedures. Pain 1996 ; 66 : 3-8.
[24] Seltzer SF, Yarczower M. Selective encoding and retrieval of affective words during exposure to aversive stimulation. Pain 1991 ; 47 : 47-51.
[25] Cohen-Salmon D. En travers de la gorge. L’enfant, les amygdales, les végétations et la douleur. Paris : InterÉditions ; 1994.
[26] Carbajal R, Rousset A, Danan C et al. Epidemiology and treatment of painful procedures in neonates in intensive care units. JAMA 2008 ; 300 : 60-70.
[27] Grunau RE, Whitfield MF, Petrie JH. Pain sensitivity and temperament in extremely low-birth-weight premature toddlers and preterm and full-term controls. Pain 1994 ; 58 : 341-6.
[28] Grunau RE, Whitfield MF, Petrie J. Children’s judgments about pain at age 8-10 years : Do extremely low birthweight [≤ 1000 g] children differ from full birthweight peers ? J Child Psychol Psychiatry 1998 ; 39 : 587-94.
[29] Anand KJ, Grunau RE, Oberlander TF. Developmental character and long-term consequences of pain in infants and children. Child Adolesc Psychiatr Clin N Am 1997 ; 6 : 703-24.
[30] Grunau R. Early pain in preterm infants. A model of longterm effects. Clin Perinatol 2002 ; 29 : 373-94.
[31] Grunau RE, Holsti L, Peters JW. Long-term consequences of pain in human neonates. Semin Fetal Neonatal Med 2006 ; 11 : 268-75.
[32] Grunau RE. Neonatal pain in very preterm infants : longterm effects on brain, neurodevelopment and pain reactivity. Rambam Maimonides Med J 2013 ; 4 : e0025.
[33] Grunau RV, Whitfield MF, Petrie JH, Fryer EL. Early pain experience, child and family factors, as precursors of somatization : A prospective study of extremely premature and fullterm children. Pain 1994 ; 56 : 353-9.
[34] Whitfield MF, Grunau RE. Behavior, pain perception, and the extremely low-birth weight survivor. Clin Perinatol 2000 ; 27 : 363-79.
[35] Buskila D, Neumann L, Zmora E et al. Pain sensitivity in prematurely born adolescents. Arch Pediatr Adolesc Med 2003 ; 157 : 1079-82.
[36] Hermann C, Hohmeister J, Demirakca S et al. Long-term alteration of pain sensitivity in school-aged children with early pain experiences. Pain 2006 ; 125 : 278-85.
[37] Peters JW, Schouw R, Anand KJ et al. Does neonatal surgery lead to increased pain sensitivity in later childhood ? Pain 2005 ; 114 : 444-54.
[38] Vederhus BJ, Eide GE, Natvig GK et al. Pain tolerance and pain perception in adolescents born extremely preterm. J Pain 2012 ; 13 : 978-87.
[39] Broome ME. The Relationship Between Children’s Fears and Behavior During a Painful Event. Children’s Health Care 1986 ; 14 : 142-5.
[40] Zuckerberg AL. Reducing perioperative pain and anxiety. Contemp Pediatr 1994 ; 11 : 40-2,45-50,53.
[41] Kotiniemi LH, Ryhänen PT, Moilanen IK. Behavioural changes in children following day-case surgery : a 4-week followup of 551 children. Anaesthesia 1997 ; 52 : 970-6.
[42] Hogeweg JA, Kuis W, Huygen AC et al. The pain threshold in juvenile chronic arthritis. Br J Rheumatol 1995 ; 34 : 61-7.
[43] Hogeweg JA, Kuis W, Oostendorp RA, Helders PJ. General and segmental reduced pain thresholds in juvenile chronic arthritis. Pain 1995 ; 62 : 11-7.
[44] Walco GA, Dampier CD, Harstein G. The relationship between recurrent clinical pain and pain threshold in children. In : Tyler DC, Krane EJ, eds. Advances in pain research and therapy. New York : Raven Press ; 1990. p. 333-40.
[45] Craig KD, McMahon RJ, Morison JD, Zaskow C. Developmental changes in infant pain expression during immunization injections. Soc Sci Med 1984 ; 19 : 1331-7.
[46] Hays RM, Hackworth SR, Speltz ML, Weinstein P. Exploration of variables related to children’s behavioral distress during electrodiagnosis. Arch Phys Med Rehabil 1992 ; 73 : 1160-2.
[47] Versloot J, Veerkamp JS, Hoogstraten J. Children’s selfreported pain at the dentist. Pain 2008 ; 137 : 389-94.
[48] Chen E, Craske MG, Katz ER et al. Pain-sensitive tempe-rament : does it predict procedural distress and response to psychological treatment among children with cancer ? J Pediatr Psychol 2000 ; 25 : 269-78.
[49] Chen E, Zeltzer LK, Craske MG, Katz ER. Children’s memories for painful cancer treatment procedures : implications for distress. Child Dev 2000 ; 71 : 933-47.
[50] Weisman SJ, Bernstein B, Schechter NL. Consequences of inadequate analgesia during painful procedures in children. Arch Pediatr Adolesc Med 1998 ; 152 : 147-9.
[51] Noel M, Chambers CT, McGrath PJ et al. The role of state anxiety in children’s memories for pain. J Pediatr Psychol 2012 ; 37 : 567-79.
[52] Noel M, Chambers CT, McGrath PJ et al. The influence of children’s pain memories on subsequent pain experience. Pain 2012 ; 153 : 1563-72.
[53] Cohen LL, Blount RL, Cohen RJ et al. Children’s expectations and memories of acute distress : short-and long-term efficacy of pain management interventions. J Pediatr Psychol 2001 ; 26 : 367-74.
[54] Peters JW, Koot HM, de Boer JB et al. Major surgery within the first 3 months of life and subsequent biobehavioral pain responses to immunization at later age : a case comparison study. Pediatrics 2003 ; 111 : 129-35.
[55] Noel M, McMurtry CM, Chambers CT, McGrath PJ. Children’s memory for painful procedures : the relationship of pain intensity, anxiety, and adult behaviors to subsequent recall. J Pediatr Psychol 2010 ; 35 : 626-36.
[56] Crocker PJ, Higginbotham E, King BT et al. Comprehensive pain management protocol reduces children’s memory of pain at discharge from the pediatric ED. Am J Emerg Med 2012 ; 30 : 861-71.
[57] Von Baeyer CL, Marche TA, Rocha EM, Salmon K. Children’s memory for pain : overview and implications for practice. J Pain 2004 ; 5 : 241-9.


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets