La douleur de l’enfant

A. Gauvain-Piquard, M. Meignier
Calman-Lévy, Paris, 1994, 265 pages
Quand Aurélie arrive à l’hôpital avec son bras cassé, sa mère croit pouvoir faire confiance à l’institution. Elle a raison : la fracture d’Aurélie sera bientôt traitée. Mais elle a tort aussi : ce sera sans doute au prix d’une douleur très vive que l’on aurait pu éviter à sa fille. Et elle serait bien étonnée d’apprendre que soulager la douleur d’un enfant blessé, brûlé, opéré ou malade est rarement l’un des objectifs des médecins qui le soignent.
Deux médecins, une psychiatre et un anesthésiste, racontent ici ce qui reste un scandale ignoré de notre monde occidental : le déni de la douleur de l’enfant. Ils affirment qu’on peut soulager beaucoup de douleurs, même chez le nouveau-né, et essaient de comprendre pourquoi on ne le fait pas. C’est un appel qu’ils lancent aux parents et aux soignants.