La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Quel antalgique pour le test de dépistage néonatal (Guthrie) ?

MÀJ : 26 août 2010

Le test de dépistage néonatal du 3e jour (anciennement appelé test de Guthrie) est un prélèvement sanguin destiné à diagnostiquer précocement 5 maladies fréquentes dont le pronostic est nettement amélioré par une prise en charge médicale précoce (hypothyroïdie congénitale, hyperplasie des surrénales, phénylcétonurie et depuis quelques années mucoviscidose et drépanocytose pour les populations à risque).
Ce prélèvement était classiquement réalisé par une ponction au talon (courbes de référence réalisées sur du sang capillaire). Or les prélèvements au talon sont douloureux et les moyens antalgiques usuels (succion non nutritive et sucre) ne sont pas toujours efficaces [1]. Depuis plusieurs années, de nombreuses équipes réalisent ce test par une ponction veineuse, moins douloureuse que la ponction au talon [2].
La réalisation du test par une ponction veineuse et non une ponction au talon peut modifier les résultats du test si la quantité de sang déposée est trop importante (surcharge du papier buvard). Néanmoins, la F édération parisienne de dépistage ne dispose pas de données indiquant le nombre de faux positifs ni de faux négatifs pour les prélèvements réalisés en veineux. Elle recommande toujours la réalisation de ce test sur du sang capillaire. Chaque soignant doit réaliser le prélèvement sanguin avec la méthode dont il a le plus l’habitude afin d’avoir un geste le plus sûr possible.
Quelle que soit la technique utilisée, les moyens antalgiques usuels doivent être utilisés pour ce prélèvement sanguin : succion non nutritive et solution sucrée. Une anesthésie locale par de l’Emla® posé 1 heure avant le prélèvement peut aussi être utilisée en cas de ponction veineuse.


Enfin, en maternité, l’allaitement maternel peut parfaitement être utilisé comme analgésie. C’est un moyen simple, efficace en terme d’analgésie [3], et peu coûteux. Il rend la mère active dans le soin, capable d’apporter un réel soutien apaisant à son enfant qui a besoin d’être rassuré. Il valorise le rôle de la mère, lui donne confiance en elle et ne perturbe pas la mise en route de la lactation.



En cas d’utilisation de l’allaitement maternel ou d’une solution sucrée, le délai de 2 minutes minimum doit être respecté et l’enfant doit être calme et détendu. Dans les deux cas, la crème Emla® peut être utilisée. Le prélèvement doit systématiquement être différé si l’enfant est agité, pleure, refuse le sein ou la tétine. C’est un test de dépistage non urgent qui peut être décalé de quelques heures si nécessaire.


[1]Taddio A, Shah V, Hancock R et al. Effectiveness of sucrose analgesia in newborns undergoing painful medical procedures. CMAJ 2008 ; 179 (1) : 37-43.
[2]Shah V, Ohlsson A. Venepuncture versus heel lance for blood sampling in term neonates. Cochrane Database Syst Rev 2007 ; 4 : CD001452.
[3]Carbajal R, Veerapen S, Couderc S et al. Analgesic effect of breastfeeding in term neonates : randomised controlled trial. BMJ 2003 ; 326 (7379) : 13.


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets