La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Thérapie cognitivo-comportementale de groupe pour des enfants douloureux chroniques

Septembre 2009

MÀJ : 23 juillet 2014
Intérêt des thérapies cognitivo-comportementales dans la douleur chronique
Chez lʹenfant présentant des douleurs chroniques, en particulier des céphalées, lʹefficacité des thérapies comportementale et cognitive (TCC) a été solidement démontrée [1]. Elles permettent une réduction significative et pérenne de la sévérité et de la fréquence des douleurs ou des céphalées, une amélioration de lʹanxiété et de la qualité de vie de lʹenfant [2].
Les enfants confrontés de façon régulière à la douleur vont se décourager, voire déprimer, lorsquʹils ne disposent pas de moyens pour y faire face. Ce sentiment dʹimpuissance sera renforcé si le traitement médicamenteux sʹavère peu ou pas efficace. De plus, la répétition de ces accès douloureux peut amener lʹenfant à développer des pensées catastrophistes qui risquent dʹavoir un impact délétère à long terme.

Objectifs


Un des objectifs des TCC est dʹamener lʹenfant à développer de nouvelles stratégies adaptées pour faire face à lʹévénement douloureux. Un second objectif est de lui donner la possibilité de faire des liens entre des situations spécifiques à lʹorigine dʹémotions qui elles-mêmes peuvent déclencher une céphalée. Il sʹagira aussi de repérer les pensées qui influencent sa perception de la douleur.

L’expérience du centre de la douleur à Paris (hôpital Trousseau) : un exemple de prise en charge


Lʹenfant, suite à la consultation médicale, rencontre un psychologue qui lui proposera une prise en charge individuelle ou en groupe.
Une thérapie cognitivo-comportementale de groupe est proposée depuis 2006. Elle se déroule sur 10 séances dʹune heure regroupant 6 à 8 enfants de même âge (entre 5 et 18 ans) qui présentent des céphalées ou autres douleurs chroniques (algodystrophie, drépanocytose…). Elle sʹinscrit dans le cadre théorique de lʹapprentissage social. Elle permet à lʹenfant ou à lʹadolescent de prendre conscience que dʹautres ont à gérer les mêmes difficultés que lui, dʹen parler, dʹêtre entendu à propos des répercussions des crises sur son quotidien, et dʹêtre reconnu comme un migraineux ou douloureux et non comme un simulateur ou un capricieux.
Lʹintervention thérapeutique consiste en lʹassociation des versants comportemental, cognitif et émotionnel. Différents outils sont utilisés tels que lʹapprentissage de la relaxation, de lʹhypnose, le biofeedback, la psychoéducation, les jeux de rôle sur les émotions, la restructuration cognitive et la résolution de problèmes. Ainsi, dans un projet thérapeutique de groupe, lʹimagination, le discours intérieur et le comportement de lʹenfant sont sollicités activement par les thérapeutes et par ses pairs.

Références
[1] Eccleston C, Palermo TM, Williams AC et al. Psychological therapies for the management of chronic and recurrent pain in children and adolescents. Cochrane Database Syst Rev 2009 ; 15 (2) : CD003968.
[2] Powers SW, Andrasik F. Pediatr Ann Biobehavioral treatment, disability, and psychological effects of pediatric headache. 2005 ; 34 (6) : 461-5


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets