La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Quelle analgésie pour l’ablation des drains thoraciques ?

Synthèse d’études publiées entre 1999 et 2006

Synthèse d’études parues entre 1999 et 2006

Efficacité de la morphine et du MEOPA lors de l’ablation de drain pleural chez les enfants
The efficacy of morphine and Entonox analgesia during chest drain removal in children
Bruce E, Franck L, Howard RF.
Paediatr Anaesth 2006 Mar ; 16(3) : 302-8


Cet article regroupe 3 études réalisées dans le même établissement afin de décrire la prise en charge de la douleur lors de l’ablation des drains pleuraux.

Étude N°1 = Caractéristiques des patients, étude de prévalence de la douleur et pratiques analgésiques

135 enfants non ventilés, âgés en moyenne de 5 ans ont été inclus en 6 mois. L’évaluation de la douleur a été faite lors de 95 ablations de drains, 22 évalués avec l’échelle des visages et 73 avec la FLACC. Le score moyen de douleur était de 5,3 (± 2,64). Dans l’heure précédant le retrait du drain, de la morphine (96 % des cas), du paracétamol, des AINS ont été administrés. De plus, pour 8 retraits, du MEOPA a été administré. Les scores de douleurs n’étaient pas significativement différents entre les patients qui ont reçu une analgésie ou non avant le geste.


Étude N°2 = Efficacité et sécurité du MEOPA lors de l’ablation des drains thoraciques

Étude prospective, non randomisée sur 30 enfants, âgés en moyenne de 12 ans, la moitié d’entre eux ayant déjà eu l’ablation d’un drain. Administration du MEOPA 2 min avant le geste et pendant le geste pour tous les enfants. 66 % ont reçu pendant 6 heures une dose moyenne de 17 µg /kg/h de morphine, 50 % ont reçu du Voltarène® et 33 % du paracétamol. Les parents ont été présents dans 66 % des cas. La douleur a été évaluée avec l’échelle des visages, avant, pendant et après la procédure, au repos, en respiration profonde et en mouvement. Une douleur sévère > 8 a été ressentie par 10 % des enfants au repos, 13 % lors d’une respiration profonde ou de mouvements 10 min après le geste. Il n’y a pas de différence significative sur l’intensité de la douleur entre ceux qui ont reçu une analgésie avant et ceux qui n’en ont pas reçu.


Étude N°3 = Comparaison de l’efficacité du MEOPAà celle de la morphine lors de l’ablation des drains thoraciques

 

16 enfants ont été inclus, 9,5 mois d’âge médian, ayant subi une chirurgie cardiaque, 13 d’entre eux ont reçu une perfusion de morphine dans les 8 h précédant l’ablation du drain, ils ont été randomisés en 2 groupes  :

  • Groupe A : morphine IV 0,1 mg/kg 15 min avant l’ablation du drain thoracique + administration d’air 2 min avant et pendant la durée du geste
  • Groupe B : injection d’une solution saline en IV 15 min avant l’ablation du drain thoracique + administration de MEOPA 2 min avant et pendant la durée du geste

La douleur a été évaluée par le même chercheur avec la CHEOPS 1 h avant, toutes les 30 secondes pendant et 1 h après l’ablation. Les constantes physiologiques et l’anxiété ont été également mesurées. Les parents ont été présents pour 35 % des ablations. Pendant l’ablation du drain, et après il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes. Dans les deux groupes les scores de douleur doublent (de 4 à 8/13 dans l’échelle CHEOPS) lors du geste. L’anxiété est moindre dans le groupe MEOPA.


Prise en charge de la douleur lors de l’ablation des drains thoraciques : Revue de la littérature
Chest drain removal pain and its management : a literature review
Bruce EA, Howard RF, Franck LS
J Clin Nurs 2006 ;
15(2) : 145-54

14 études ont été analysées ( 2 pédiatriques, 11 adultes) 5 descriptives, 3 sur les méthodes non pharmacologiques et 6 randomisées décrivant l’utilisation de la morphine, des anesthésiques locaux et du MEOPA. En conclusion : la morphine seule est insuffisante pour soulager la douleur lors de l’ablation de drains thoraciques. Dans la pratique, de nombreuses stratégies sont utilisées mais nous manquons encore d’études sur leur efficacité respective.



Analgésie pour le retrait d’un drain thoracique chez l’enfant
Analgesia for pediatric thoracostomy tube removal
Rosen DA, Morris JL, Rosen KR, Valenzuela RC, Vidulich MG, Steelman RJ et al.
Anesth Analg 2000 ; 90 : 1025-8

Étude prospective, randomisée et réalisée en double aveugle de 120 enfants chez qui il faut retirer un drain thoracique quelques jours après une chirurgie cardiaque ou thoracique. lls sont répartis en 2 groupes :M = morphine 0,1 mg/kg (max 10 mg) IV 30 min avant le retrait et pommade placebo sur le trajet du drain 3 h avant son retrait ; EMLA® : 5 g de pommade EMLA® sont placés sur la peau et sur le trajet pariétal du drain 3 h avant son retrait et 1 mL de placebo IV. Un observateur évalue la douleur de l’enfant avant, pendant et après le retrait du drain à l’aide d’une EVA et d’un score d’observation du comportement adapté à l’âge de l’enfant (échelle OPS et Amiel-Tison, les enfants évaluent avec l’échelle Oucher).
Résultats : les scores de douleur sont plus élevés avant le retrait du drain dans le groupe EMLA® (4,1 ± 0,25 vs 2,1 ± 0,3 ; p < 0,01), mais il n’y a aucune différence significative entre les 2 groupes pendant (7,40 ± 0,3 vs 7,16 ± 0,3) et après la procédure (2,3 ± 0,2 vs 1,96 ± 0,2), quels que soient la méthode d’évaluation de la douleur et l’âge de l’enfant. Aucune méthémoglobinémie ni aucune infection locale n’ont été observées.
Conclusion : Aucune des ces techniques n’abolit totalement la douleur durant cette procédure. Cependant, malgré un coût plus élevé, l’utilisation d’EMLA® est préférée par les auteurs à cause de l’absence des effets secondaires morphiniques (sédation, dépression respiratoire).



Usage de la crème EMLA® pour le retrait de drains thoraciques
Topical lidocaine-prilocaine cream (EMLA) for thoracostomy tube removal
VALENZUELA RC, ROSEN DA.
Anesth Analg 1999 ; 88 : 1107-8


Étude prospective, randomisée et en double aveugle de 52 adultes chez qui au moins un drain thoracique doit être ôté au décours d’une thoracotomie ou d’une sternotomie. On compare : 0,1 mg/kg de morphine IV administrée 30 min avant l’ablation du drain avec 5 g de crème EMLA® appliquée sous pansement occlusif au niveau de l’orifice de sortie du/des drain(s) pendant les 3 heures avant son/leur ablation. Chaque patient bénéficie d’une injection et de la pose de crème, l’un des deux contenant un placebo. Évaluation : enregistrement vidéo du comportement du patient durant l’ablation du drain (visage, mouvements, fréquence cardiaque et tension artérielle) et réponses du patient au questionnaire de McGill 30 min après le retrait du drain.
Résultats : la crème EMLA® est plus efficace car elle entraîne une moindre augmentation du score comportemental de douleur ; les patients qui ont reçu de la morphine éprouvent plus de difficultés à répondre au questionnaire (sédation résiduelle).


Commentaire PÉDIADOL : Au vu de l’ensemble de ces études, la morphine seule est insuffisante, l’association crème anesthésiante/MEOPA apparaît comme la solution pragmatique à recommander. Un bolus de morphine peut être également prescrit en complément.



Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets