La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Pratique du peau à peau en réanimation

Extrait des actes du colloque UNESCO 2001 « La douleur de l’enfant, quelles réponses ? », Paris

Y. Ledoux, infirmière
Unité de réanimation néonatale, Hopital Poissy/St Germain en Laye (Site Poissy)


Le peau à peau permet au bébé et à sa mère de vivre à nouveau la relation privilégiée de la grossesse interrompue lors d’un accouchement prématuré. L’importance des premiers liens qui constituent les bases de l’attachement et des relations futures entre la mère et son enfant a conduit l’équipe à réfléchir sur ces pratiques de soins.

Depuis 1995, nous favorisons ce mode de relation après avoir été convaincus des bénéfices cliniques d’une part (amélioration de la saturation, baisse de la fio2) et des bénéfices comportementaux d’autre part (détente, endormissement ).

Nos pratiques résultent d’un consensus au sein de l’équipe médicale et paramédicale afin que ce soin soit effectué en toute sécurité pour l’enfant, sans générer de stress tant pour le parent que pour le soignant. Il n’existe pas de contre-indications majeures qui s’opposent à cette relation intime et privilégiée entre la mère et son enfant si ce n’est la stabilité de celui-ci, et la disponibilité du soignant.

BENEFICES DU PEAU A PEAU
Il restaure le lien parent/enfant, il développe le sentiment de compétence maternelle, il favorise la montée laiteuse, il diminue les réactions de stress, améliore l’oxygénation, favorise l’endormissement du bébé et la relation parent/enfant/soignant.

OBSTACLES

  • Le peau à peau peut être un obstacle chez le bébé en phase aiguë de la réanimation (à cause d’une instabilité respiratoire, hémodynamique ou de troubles de la thermorégulation).
  • Les obstacles peuvent être maternels : sentiments de peur, de pudeur, refus du contact, différences socioculturelles.
  • Réticences de la part du soignant : craintes d’ hypothermie, de risque infectieux, et vis-à-vis du maintien des prothèses (sonde d’intubation, fixation des cathéters) ; Une indisponibilité due à la charge de travail est parfois évoquée (plus ou moins non-fondée).

REALISATION
Une planification du peau à peau avec les parents est nécessaire pour une réalisation dans des conditions optimales. Le temps imparti à ce soin relationnel est d’une heure minimum de contact bébé /parent.

En général, et surtout lors du premier peau à peau, la soignante doit être disponible et rassurante car la maman est parfois un peu stressée de ce premier contact, des émotions qu’il suscite, et peut douter de ses capacités maternelles.

INSTALLATION DU PARENT
Favoriser un environnement calme et intime, une installation confortable dans un fauteuil, dos au monitoring pour que la maman se centre sur son bébé et ne soit pas obnubilée par les différents paramètres de surveillance. Demander à la maman de prévoir un vêtement pouvant s’ouvrir sur le devant ; si besoin, lui proposer un repose-pieds.

INSTALLATION DE L’ENFANT
Relever les constantes de l’enfant, s’assurer de l’absence d’eau dans le circuit du respirateur, de la fixation des prothèses (sonde d’intubation, cathéters). Aspirer l’enfant si nécessaire. Augmenter la fio2 de 10% lors du transfert de l’incubateur vers la maman. Se faire aider d’une collègue selon sa propre assurance pour la réalisation du soin. Si présence du papa, le faire participer à l’installation. Poser délicatement le bébé contre sa maman, le laisser trouver la position de sa tête, le relier dans un premier temps au respirateur avec le raccord de “beaufils”, puis directement sur le “coob” une fois les tuyaux parfaitement fixés sur la maman.

Rebrancher le monitoring, vérifier les alarmes, ajuster la fio2, couvrir le bébé (prévoir une couverture). Prendre le temps d’observer le comportement de l’enfant, son adaptation à cette posture plus où moins verticale. S’assurer aussi du confort de la maman, l’aider, l’accompagner pour la façon de tenir son bébé. La durée du peau à peau varie suivant le désir de la maman et le bien-être de l’enfant, le soignant viendra, surtout lors d’un premier contact, voir le parent afin qu’il ne se sente pas délaissé, angoissé. Ce moment privilégie aussi la relation parents/soignants en instaurant confiance et échanges. A la fin du soin, le bébé sera recouché dans son incubateur en prolongeant le bien-être et la détente obtenus avec sa maman.

CONCLUSION
Le peau à peau est une démarche, une philosophie de soins de toute l’équipe qui en perçoit les bénéfices pour l’enfant, ses parents et aussi pour les soignants. Ces derniers développent des soins relationnels apportant bien-être et confort dans un environnement de haute technicité. Une évaluation depuis plusieurs mois des enfants en peau à peau nous conforte dans cette démarche en diminuant peurs et réticences non fondées. Nous souhaitons que notre expérience puisse engendrer la réflexion d’autres équipes soignantes et permettre cette approche relationnelle.

BIBLIOGRAPHIE

1) C. Druon “A l’écoute du bébé prématuré”, Aubier, 1996
2) G. Binel « Prématurité et rupture du lien mère/enfant », Europe Gaétan Morin, 2000
3) Haut Comité de Santé Publique “La sécurité et la qualité de la grossesse et de la naissance”, ENSF, Janv. 1994
4) Recherche en soins infirmiers “Méthodologie, une analyse du concept d’attachement”, Sept. 1996
5) “Les mères-kangourous de Bogota”, Infirmière Magazine, Oct. 2000
6) "Le toucher, la musique ou le maintien du lien parent/enfant”, Revue de l’Infirmière, Mai 1992


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets