La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Pose d’une voie veineuse périphérique

Extrait du livret "La douleur de l’enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge"

MÀJ : 20 avril 2010

Extrait du livret

Cliquer ici pour accéder à la version intégrale

La présence des lettres-pictogrammes renvoie aux "incontournables" de la prise en charge d’un soin douloureux, développés dans le chapitre des généralités du livret.


Pose d’une voie veineuse périphérique

Privilégier les voies centrales si l’enfant doit recevoir un traitement lourd ou de longe durée.

Information de l’enfant
Organisation et déroulement des soins
Sécher après désinfection, l’alcool génère une brûlure quand l’aiguille ou le cathéter pénètre dans la veine.
Choisir de préférence le membre supérieur.
Éviter les articulations, démarrer les ponctions veineuses sur la partie distale du membre. Réchauffer le membre à perfuser. Il faut s’assurer que la pose du garrot ne comprime pas l’artère (on doit sentir le pouls) afin de faciliter l’écoulement veineux.
Privilégier l’utilisation
des garrots auto-bloquants.
À défaut, poser le garrot sur le vêtement.

Toujours prendre le temps de rassurer l’enfant, de lui réchauffer les mains, de l’installer correctement voire même de le laisser assis s’il préfère, ou dans les bras de ses parents. En effet plus l’enfant est agité ou stressé ou a froid, plus le geste sera délicat à réaliser en raison de la vasoconstriction des veines.
Choisir un cathéter veineux périphérique souple. Utiliser des pansements transparents stériles pour la fixation.
Pour protéger la peau, on peut utiliser une compresse sous le verrou reliant le prolongateur et le cathéter pour éviter le risque d’escarre.



Lors de la pose du pansement transparent stérile, il faudra le poser sans le tendre car la pression peut également provoquer une escarre.

Pour éviter l’arrachage et limiter la contention du membre, on enveloppera le prolongateur dans une bande cohésive (sans oublier une fenêtre de surveillance). Cette technique permet de remplacer avantageusement l’adhésif multi-extensible.
Si un enfant perd sa perfusion, avant de reposer systématiquement la voie veineuse, vérifier que le relais ne peut se faire par un traitement oral.

Moyens médicamenteux

  • Crème anesthésiante.
  • MEOPA.
  • Prémédication avec médicament anxiolytique, si échec des méthodes précédentes chez des enfants présentant une anxiété majeure
    (voir Prémédication).
Moyens non médicamenteux

Solution sucrée et succion d’une tétine chez le bébé de moins de 3 mois.

Dextérité


Le geste doit être sûr, rapide, sans pour autant brusquer l’enfant. Ne pas hésiter à "passer la main" à un(e) collègue après deux tentatives. Laisser un temps de récupération à l’enfant. Respecter le capital veineux en fonction de la lourdeur de la pathologie et de la durée du traitement.


Évaluation de la douleur


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets