La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Ponction lombaire : fiche technique

Mars 2015

MÀJ : 9 mars 2015

Document sans titre
La présence des lettres-pictogrammes renvoie aux "incontournables" de la prise en charge d'un soin douloureux, développés dans le chapitre des généralités du livret.


Cliquer ici pour accéder à la version intégrale


Ponction lombaire

Ce geste génère une douleur et une anxiété importante car l’enfant ne voit pas ce qui se passe dans son dos.

Information de l’enfant
Dire que cela fait mal, pourquoi et comment on diminue la douleur. Prendre le temps de répondre aux questions et le laisser reformuler son opposition si l’enfant a déjà subi des ponctions lombaires. Expliquer le déroulement de la ponction lombaire (qui la fera, qui sera présent…) [1]. D’autre part ce soin est souvent réalisé de façon itérative dans le cadre de maladies graves. Dans ces circonstances il est essentiel que le premier geste se déroule dans des conditions optimales.
Présence des parents
Organisation et déroulement des soins
Proposer l’aiguille la plus fine pour limiter :
  • la douleur immédiate due à l’effraction cutanée ;
  • les céphalées post-ponction lombaire provoquées par la fuite de liquide céphalo-rachidien.
Il est indispensable de rassurer l’enfant durant l’examen, de lui parler du déroulement de celui-ci s’il le souhaite, de l’aider à se concentrer sur sa respiration ou de détourner son attention par une méthode de distraction.
Moyens médicamenteux [2]
Appliquer la crème anesthésiante au moins 1 h 30 avant l’acte en ayant pris soin de repérer la zone de ponction (voir ci-dessous). Appliquer la crème sur au minimum deux étages vertébraux.
Repérage des
crêtes iliaques
Repérage horizontal,
à l’aide des doigts,
du point de ponction

Prévoir l’administration de MEOPA, moyen le plus simple et le plus efficace.
Si cette association s’avère insuffisante ou si l’enfant refuse le MEOPA, une prémédication avec un anxiolytique plus ou moins associé à un morphinique (nalbuphine ou morphine) sera alors proposée (voir Prémédication).
Installation en position assise, soit en tailleur, soit au bord du lit, les pieds reposant sur un marche-pied, ou en position couchée, un oreiller calé dans le creux du ventre pour que l’enfant s’appuie dessus, bras croisés, front reposant sur les bras.



L’infirmière peut également glisser sa main sur l’abdomen de l’enfant afin de l’aider à arrondir son dos. Cette main glissée sur le ventre peut également permettre à l’enfant de jouer avec sa respiration en gonflant l’abdomen et en repoussant la main de l’infirmière.





Évaluation de la douleur
En cas de céphalées post-ponction lombaire : laisser l’enfant en position couchée car les céphalées n’apparaissent qu’en position debout, l’installer dans la semi-obscurité et le calme, l’hydrater et solliciter une prescription d’antalgique. Évaluer l’évolution des céphalées avec l’enfant et ses parents (s’aider de la réglette EVA). Les explications à l’enfant et à sa famille sont primordiales sur ce qu’est un syndrome post-ponction lombaire, sur sa pénibilité mais sur sa disparition spontanée en quelques jours.
[1] La ponction lombaire (fiche). Association Sparadrap.
[2] Standards, Options et Recommandations pour la prise en charge des douleurs provoquées lors des ponctions lombaires, sanguines et osseuses chez l’enfant atteint de cancer, 2005 : 54, 56, 57.

Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets