La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Modalités d’utilisation des solutions sucrées à visée antalgique chez le nourrisson de moins de 4 mois

Protocole Pédiadol — Mai 2013

MÀJ : 7 juin 2013
OBJECTIF

Diminuer voire supprimer la douleur provoquée par les soins chez l’enfant de moins de 4 mois (voire 6 mois) grâce à l’administration d’une solution sucrée (saccharose ou glucose) associée à la succion non nutritive (SNN).

PERSONNES CONCERNÉES
  • Infirmiiers (infirmières) et infirmiiers (infirmières) spécialisé(e)s
  • Auxilliaires de puériculture, aides-soignant(e)s
  • Technicien(ne)s de laboratoire, de radiologie, des explorations fonctionnelles, de médecine nucléaire, d’EEG, etc.
  • Sages-femmes
  • Médecins
  • Kinésithérapeutes, psychomotricien(ne)s

DÉFINITION

  • Chez le nouveau-né et le nourrisson âgé de moins de 4 mois (voire 6 mois), l’administration de solution sucrée (saccharose entre 24 et 30 % ou glucose 30 %) déposée sur la langue diminue ou fait disparaître la douleur induite par un geste invasif mineur. Cet effet analgésique apparaît dans les 60 à 120 secondes suivant l’administration de la solution sucrée et dure environ 5 à 7 minutes. L’effet est lié au goût sucré, il est probablement médié par la sécrétion de morphine endogène. C’est un "complément" antalgique qui ne remplace pas les mesures habituelles : nursing, antalgiques, crème anesthésiante.
  • L’allaitement au sein a le même effet antalgique.

DESCRIPTION

Produit


  • Soit préparation journalière de saccharose entre 24 et 30 % stockée dans un réfrigérateur puis jetée après 24 heures.
  • Soit préparation du commerce de saccharose à 24 % (différents laboratoires) : pour un enfant et pour un soin, à jeter après ouverture si unidose, à stocker au réfrigérateur et jeter après 24 heures si multidose.
  • Soit ampoules de glucose à 30 % pour un enfant et pour un soin, à jeter après ouverture.

Indications


Mise en garde :
Pour certains gestes, la solution sucrée est recommandée mais insuffisante et doit être associée à d’autres moyens antalgiques (crème anesthésiante, etc.).
Pour tous les soins, un effet antalgique insuffisant peut conduire à :
  • l’arrêt du soin
  • un réajustement de la prescription d’analgésie et/ou sédation


Sur prescription médicale ou dans le cadre d’un protocole de service

  • Tout soin, source de douleur.
  • Effraction cutanée : ponction veineuse, prélèvement capillaire au talon ou au doigt (à réaliser à l’aide de lancette à ressort ou de stylo autopiqueur, proscrire les lancettes à main), injection intramusculaire (vaccination, etc.), injection sous-cutanée, pose d’une voie d’abord périphérique ou centrale, ponction lombaire (associer à l’application de crème anesthésiante, cf. protocole) injection intradermique, intradermoréaction (IDR).
  • Pose d’une sonde gastrique, d’une sonde urinaire, etc.
  • Aspiration rhino-pharyngée, aspiration trachéale.
  • Pansement.
  • Ablation d’un pansement adhésif.
  • Ablation d’un adhésif (ex : poche à urine).
  • Mobilisation du bébé potentiellement douloureuse : toilette, change, pesée, etc.
  • Examen clinique douloureux (examen des hanches par exemple).

Contre-indications


  • Contre-indications absolues
    • Atrésie de l’œsophage et fistule œsotrachéale non opérées.
    • L’intolérance connue au fructose est une contre-indication absolue au saccharose, le glucose est quant à lui autorisé.

  • Contre-indications relatives
    • Suspicion d’entérocolite.
    • Troubles de déglutition.

Le jeûne n’est pas une contre-indication.

Effets indésirables


  • Désaturations brèves et réversibles le plus souvent spontanément, surtout chez le très petit prématuré, surtout si l’administration dans la bouche est trop rapide.
  • Les solutions sucrées ne modifient pas la glycémie.

Matériel


  • Seringue entérale de 1 mL ou dosette.
  • Tétine.

Déroulement du soin


  • Préparer le matériel nécessaire au soin.
  • Installer l’enfant confortablement (regroupement des 4 membres, cocon, etc.), lui parler, expliquer le soin aux parents.
  • Commencer à faire téter le bébé avant de débuter l’administration de la solution sucrée.
  • Déposer la solution sucrée sur la pointe de la langue (à l’aide d’une seringue entérale de 1 mL ou de la dosette), goutte par goutte, 2 minutes avant le geste douloureux.
  • Le délai de 2 minutes doit impérativement être respecté pour obtenir une réelle efficacité.
  • Faire téter une tétine au bébé pendant toute la durée du soin.
  • Si dès la désinfection de la peau, l’enfant manifeste un mouvement de retrait, redonner la dose.
  • Renouveler l’administration si le soin se prolonge au-delà de 5 minutes car l’effet disparaît après ce délai.

Posologie


Poids Quantité de solution sucrée
≤ 1 000 g 1 à 2 gouttes soit 0,05 à 0,1 mL
De 1 000 à 1 500 g 3 à 4 gouttes soit 0,15 à 0,2 mL
De 1 500 à 2 000 g 5 à 7 gouttes soit 0,25 à 0,35 mL
≥ 2 000 g 8 à 10 gouttes soit 0,4 à 0,5 mL
  • Fréquence des prises dans la journée : 6 à 8 fois par jour.
  • Ces posologies en fonction du poids sont indicatives. Les enfants présentant un retard de croissance intra-utérin peuvent avoir besoin de posologies plus importantes.
  • Une posologie jugée efficace lors d’un soin pour un enfant peut d’emblée être utilisée pour ce même enfant lors du soin suivant.
  • Pour le nouveau-né à terme ou le nourrisson, il ne semble pas y avoir d’avantage à augmenter la posologie, mais renouveler selon les réactions de l’enfant (l’important c’est le goût sucré dans la bouche).

Remarques


  • Saccharose et glucose à 30 % sont équivalents en termes de puissance antalgique.
  • Les études prouvent qu’il existe une synergie d’action entre l’administration de la solution sucrée et la succion d’une tétine. L’efficacité de cette association est supérieure à l’utilisation d’une tétine seule ou de la solution sucrée seule.
  • Si l’utilisation d’une solution sucrée est contre-indiquée, on peut utiliser la succion non nutritive seule (c’est-à-dire faire téter une tétine) 2 minutes avant le geste et pendant toute la durée du geste, en renforçant les autres mesures antalgiques (cocon, contact ou peau-à-peau, bercement, regroupement des 4 membres).
  • L’utilisation de la solution sucrée doit être notée dans le diagramme de soins de l’enfant (heure, volume) ainsi que les effets observés et l’efficacité.
  • L’allaitement maternel produit une analgésie physiologique du même ordre que l’administration d’une solution sucrée + succion. Le même délai de 2 minutes doit être respecté entre le début de la tétée et la réalisation du soin.
  • L’utilisation d’une solution sucrée ne doit pas être banalisée. Elle doit être utilisée pour les gestes douloureux. Pour les gestes stressants, la succion non nutritive peut suffire.

DOCUMENT ASSOCIÉ

RÉFERENCES


TÉLÉCHARGER LE PROTOCOLE :

Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets