La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

La place du "psy"

MÀJ : 31 août 2012
  • La dimension psychique de la douleur est indissociable de la dimension sensorielle. Cette souffrance peut être cause et/ou conséquence de la douleur.
  • L’influence des facteurs psychologiques est particulièrement importante dans les douleurs chroniques.
  • Le "psy" (psychologue ou psychiatre selon les situations (cf. Définitions) contribue :
    • au diagnostic en proposant ou en éliminant une pathologie psychiatrique ;
    • au diagnostic et au traitement lorsqu’il existe une intrication psychologique et organique. Dans les douleurs dont l’origine lésionnelle ne peut être mise en évidence, l’affirmation de l’anorganicité du trouble évite une "surenchère" médicale ;
    • à l’évaluation et à l’orientation thérapeutique des conséquences psychologiques de la douleur tant pour l’enfant que pour la famille ;
    • à la prise en charge : utilisation des psychotropes, entretiens psychothérapiques de l’enfant et de sa famille.

La spécificité du travail est d’inclure la dynamique familiale dans laquelle s’inscrit l’enfant :

  • les mouvements émotionnels intrafamiliaux et leurs interactions,
  • les représentations parentales de la maladie mais aussi de l’enfant,
  • la place assignée à l’enfant, son mandat transgénérationnel.

Le psychiatre participe aussi à la lutte contre le déni de la douleur et au soutien des équipes soignantes confrontées à des situations pénibles.

Comment présenter le "psy" à l’enfant et à ses parents
  • Ne pas dire : "On n’a rien trouvé, il faut voir le psychologue" : l’échec est assuré !
  • Mais mener d’emblée conjointement l’investigation médicale et psychologique.
  • La dimension psychologique peut représenter un facteur de vulnérabilité ou de maintien de la douleur ou en être un déterminant essentiel ou un modulateur.
  • Expliquer cette étroite intrication à l’enfant et à sa famille souligne bien qu’on n’est pas dans le cadre d’une maladie mentale, et favorise leur adhésion.
  • Un contact direct entre l’équipe médicale et le "psy" est indispensable.

Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets