La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

Bibliographie

Sélection Pédiadol

MÀJ : 23 juillet 2014

Massages et crises drépnaocytaires
Lemanek KL, Ranalli M, Lukens CJ.
Randomized controlled trial of massage therapy in children with sickle cell disease
Pediatr Psychol 2009 ; 34 (10) : 1091-6

Cette étude montre l’intérêt possible des massages au cours d’un essai clinique contrôlé randomisé sur 34 enfants drépanocytaires (âge moyen de 10,76 ans) et leurs parents. Les enfants ont été randomisés en 2 groupes : les parents du 1er groupe (n = 18) ont été formés aux massages, à domicile, une fois par semaine pendant 4 semaines, ceux du 2e groupe (n = 16) ont juste reçu la visite d’un assistant de recherche clinique à domicile une fois par semaine. Les niveaux de dépression, d’anxiété et de douleur ont été évalués à l’aide d’échelles spécifiques (CES-D, STAI, FS-IIIR, CDI, STAIC et Baker and Wong). À la surprise des auteurs, les parents dans le groupe "massage" ont rapporté des niveaux plus élevés de dépression et d’inquiétude juste après la réalisation des massages. En revanche, leurs enfants (massés tous les soirs) avaient des scores plus bas de dépression, d’inquiétude, et de douleur et un meilleur statut fonctionnel, comparé aux enfants de l’autre groupe. Ces résultats montrent l’intérêt pour les enfants de massages réalisés par les parents lors des crises douloureuses.
Commentaire Pédiadol : L’interprétation des effets négatifs chez les parents est difficile !
Brown Bodhies P, Dejoie M, Brandon Z, et al.
Non-pharmacologic management of sickle cell pain
Hematology 2004 ; 9 (3) : 235-7

Évaluation de l’efficacité du massage chez 5 sujets drépanocytaires (4 adultes, 1 enfant de 12 ans) lors de crises vaso-occlusives. L’intensité de la douleur et la tension musculaire baissaient de 70 %, et l’activité au quotidien augmentait de 50 %. 1 seul sujet a eu besoin d’opioïde après le massage et sa consommation a diminué de moitié. Cette étude, malgré un effectif réduit, est encourageante pou proposer les "massages profonds" en complément des traitements antalgiques médicamenteux lors des crises douloureuses chez les sujets drépanocytaires.

Massages et douleurs chroniques
Tsao JC.
Effectiveness of Massage Therapy for Chronic, Non-malignant Pain : A Review
Evid Based Complement Alternat Med 2007 ; 4 (2) : 165-79

Cette méta-analyse de la littérature, très étoffée (51 références), avait pour objectif d’étudier l’efficacité antalgique des massages chez des enfants traités pour des douleurs chroniques d’origine non maligne. Les résultats sont rapportés en fonction de la localisation douloureuse : lombaire, cervicale, épaules mais aussi céphalées, syndrome du canal carpien et fibromyalgie. Le design des études est hétérogène. L’efficacité des massages est parfois comparée à l’acupuncture et/ou la stimulation transcutanée. Les études les plus rigoureuses et significatives démontrent un effet antalgique des massages pour les douleurs lombaires de l’enfant en association à de la rééducation. Les auteurs concluent à l’intérêt d’associer des techniques de massages dans la prise en charge des enfants atteints de douleurs chroniques surtout si elles sont d’origine musculosquelettique. Ils proposent de nouvelles études rigoureuses avec suivi à distance des traitements afin de définir un "mode d’emploi" des massages en fonction des indications.

Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets