La douleur de l'enfant

Textes officiels Recommandations

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

La prévention de la douleur passe par la limitation du nombre d’actes voire leur abandon

Exemple d’un service de néonatalogie qui s’est penché sur ses pratiques pour diminuer concrètement la douleur iatrogène

MÀJ : 26 août 2010

Exemple d’un service de néonatalogie qui s’est penché sur ses pratiques pour diminuer concrètement la douleur iatrogène


Le Dr Astruc, chef de service de néonatalogie à Strasbourg, a présenté à l’Unesco (décembre 2009) des méthodes visant à diminuer la douleur provoquée par les soins. Ces méthodes sont simples, connues depuis longtemps pour certaines. Pourquoi ne sont‐elles pas plus répandues ?
  • Arrêt de la mesure des gaz du sang par prélèvements : la PCO2 et la PO2 peuvent être mesurées de manière très fiable avec des capteurs transcutanés au lieu de réaliser des gaz du sang [1,2].
  • Arrêt des poches à urines collées : lʹurine peut être recueillie par la pesée des couches et la bandelette urinaire sera réalisée sur les urines recueillies par une compresse stérile placée dans la couche.
  • Limitation des aspirations trachéales : une étude a été réalisée chez 180 nouveau‐nés (âge gestationnel moyen 27 SA) intubés ; les aspirations trachéales ont été réalisées toutes les 4 heures pour la moitié dʹentre eux et toutes les 6 heures pour lʹautre moitié ; aucune différence significative nʹa été observée en termes de réintubations nécessaires et de pneumonies nosocomiales [3].
  • Réflexion dʹéquipe : les études montrent bien quʹun travail de réflexion dʹéquipe multidisciplinaire avec recueil des données initiales, mise en place de protocoles basés sur les preuves, évaluation des actions, etc. permet une vraie amélioration des pratiques avec une très nette diminution des gestes invasifs et une meilleure utilisation des moyens antalgiques.
  • Formation des soignants : les gestes difficiles (intubation, pose dʹun cathéter central...) sont souvent source dʹéchecs et donc de répétition des tentatives. Leur apprentissage doit se faire sur mannequin ou enfant sédaté. Certains gestes devraient être réservés aux plus entraînés, et leur formation dispensée seulement aux jeunes professionnels qui se destinent à la spécialité [4].

[1] Berkenbosch JW et al. Crit Care Med 2002
[2] Rüdiger M et al. BMC Pediatr 2005
[3] Cordero L et al. Respir Care 2001
[4] Mercurio MR. J Med Philos 2008


Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets