La douleur de l'enfant

Textes officiels

Évaluation

Traitements et protocoles

Situations cliniques

Douleur des soins

Psychologie

Extrahospitalier

FAQ

AAP (American Academy of Pediatrics) : Relief of pain and anxiety in pediatric patients in emergency medical systems

2012

MÀJ : 22 mai 2014

Recommandations officielles de l’Académie américaine de pédiatrie publiées en novembre 2012 dans Pediatrics 130 (5) : e1391–e1405.

Recommandations de l’Académie américaine de pédiatrie sur la prise en charge de la douleur et de l’anxiété des enfants aux urgences.
La bibliographie très complète (249 références) permet d’approfondir chaque domaine d’application.

Points clés

  1. Un enseignement et un entraînement à l’évaluation et à la prise en charge de la douleur devraient être donnés à tous les intervenants des services d’urgences pédiatriques ; les responsables des services d’urgences devraient officiellement intégrer les mesures de prise en charge de la douleur au sein des protocoles desrtinés aux soignants.
  2. La participation de spécialistes de l’enfance ou d’autres personnes formées aux méthodes non pharmacologiques de réduction du stress peut alléger l’anxiété et la perception de la douleur liée aux soins.
  3. La présence de la famille pendant les soins douloureux peut être une pratique efficace.
  4. L’évaluation de la douleur des enfants devrait commencer dès l’arrivée dans le service d’urgence, y compris en pré-hospitalier, et se poursuivre jusqu’à la sortie. Au retour au domicile, les patients devraient recevoir des instructions détaillées sur l’administration d’analgésiques.
  5. L’administration d’analgésiques et d’anesthésiques doit être aussi indolore que possible.
  6. Les nouveau-nés et les jeunes enfants devraient bénéficier d’une prévention de la douleur des soins et d’un soulagement adaptés.
  7. Il est montré que l’administration d’analgésiques ne compromet pas l’évaluation d’un patient souffrant de douleurs abdominales et ne doit donc pas être évitée.
  8. Une sédation ou de la kétamine devrait être administrée aux patients subissant des soins douloureux ou stressants aux urgences.
  9. La prise en charge de la douleur et la sédation, incluant la sédation profonde et la kétamine, est tout à fait à la portée des médecins urgentistes et pédiatres dûiment formés.
Télécharger le document complet :

Accueil | Contact | Mentions légales | Liens | Appels à projets